Prochainement

18 et 19 octobre 2018
Rennes

Appel à communications – Rapports ordinaires au genre

Colloque international consacré aux « Rapports ordinaires au genre » - Rennes, 18-19 octobre 2018

La question des rapports de genre constitue désormais, y compris en France, un domaine de recherche bien institutionnalisé et dynamique. Beaucoup de travaux explorent les relations entre hommes et femmes dans différents espaces sociaux, les mécanismes de la socialisation aux normes de genre, ou encore la constitution des identités genrées. À cette exploration des mécanismes sociaux concourant à la « fabrique du genre » au quotidien s’est ajoutée une analyse des mouvements sociaux – du féminisme et de ses différentes déclinaisons – ayant contribué à porter l’attention sur les questions de genre. Plus récemment, les mouvements antiféministes, voire masculinistes ont fait l’objet d’enquêtes scientifiques analysant les ressorts de ce militantisme organisé en réaction aux avancées d’un féminisme jugé excessif. En bref, à travers ces travaux ont été abordés les rapports sociaux de domination en eux-mêmes, tels qu’ils sont vécus au quotidien par les individus et tels qu’ils peuvent être observés objectivement par les sociologues, ainsi que les positionnements militants organisés autour de ces rapports.

Télécharger l'appel à communications.

Les propositions de communication compteront 5 000 signes maximum, auxquels pourront s’ajouter des références bibliographiques. Elles sont à adresser, pour le 5 mars 2018 au plus tard, aux adresses mail suivantes : christine.guionnet(at)univ-rennes1.fr et bleuwenn.lechaux(at)univ-rennes2.fr

En cas d’acceptation de votre proposition, les textes finaux, d’un format de 50 000 signes environ, seront à nous remettre pour le 10 septembre 2018.

Motion sur la loi ORE votée en AG exceptionnelle le 27 mars 2018

19 avril - convergences - 0181-1

L’UMR Arènes tient à manifester son inquiétude face à la loi ORE, relative à l’Orientation et la Réussite des Étudiants.

En mettant fin au principe d’égalité d’accès au service public de l’enseignement supérieur pour tou-te-s les bachelier-e-s et en accentuant l’effritement du cadrage national des diplômes par l’instauration d’attendus locaux, cette loi viendra renforcer les inégalités d’accès aux études supérieures ainsi que la mise en concurrence délétère des universités.

En outre, alors que les universités pâtissent d’un manque flagrant de moyens financiers et humains, la loi ORE prolonge la politique d’austérité imposée à l’enseignement supérieur et la recherche depuis des années avec en perspective une dégradation accrue des conditions d’études des étudiant-e-s comme des conditions de travail des personnels des universités.

Enfin, la mise en œuvre de cette loi a démarré dans la précipitation et l’opacité, alors même qu’elle n’était alors qu’à l’état de projet et faisait l’objet d’un recours devant le Conseil d’État.

L’UMR Arènes est donc solidaire des initiatives consistant à ne pas participer à la mise en place de la loi ORE et appelle à son retrait afin de créer les conditions d’une réflexion sereine pour l’élaboration d’une autre politique universitaire, à même de permettre l’accueil et la réussite de tou-te-s les étudiant-e-s.

Réalisation : Yann Le Sager - Zen At Work/Studio Ricom