Jeudi 4 décembre 2014 de 14h à 16h30
IEP Rennes - Salle 106

Atelier de la recherche « sous l’angle du genre »

Deux collègues nous font le plaisir de partager leurs recherches…

Elue sans en avoir le droit. Le paradoxe des conseillères municipales communistes de 1925, par Fanny Bugnon, chercheuse associée au CERHIO (UMR 6258, Rennes 2).

Alors que les Françaises ne sont, jusqu’en 1944, ni électrices, ni éligibles, des femmes sont pourtant élues à l’échelle municipale à partir de 1925. Bien qu’illégales, ces premières élues siègent pourtant pendant plusieurs mois dans 6 communes françaises, jusqu’à l’annulation définitive de leur élection par la justice administratif. Brèche dans l’exclusion des femmes de la citoyenneté politique et illustration des paradoxes à la françaises, cette situation inédite revient au Parti communiste français qui entend ainsi défier doublement l’Etat et les suffragistes mobilisées depuis la fin du XIXe siècle. Elues par des hommes, ces premières conseillères municipales, pourtant citoyennes sans citoyenneté, permettent d’analyser les conditions socio-politiques d’accès à un mandat électoral, la spécificité de l’échelon local et les moyens de régulation de la citoyenneté du point de vue du genre.

Penser le genre dans l’étude des blogs et réseaux sociaux des « modeuses » et « beauty addicts », par Rajae Erriche, doctorante en sciences de l’information et de la communication, CRAPE.

Cette communication envisage et propose de questionner l’approche du genre dans l’étude des identités et sociabilités féminines au sein de la blogosphère mode et beauté. Depuis une quinzaine d’années, les grandes tendances en matière de consommation de mode et beauté ne sont plus seulement décrétées par les prescripteurs traditionnels que sont notamment les magazines de la presse féminine, mais par de nouveaux acteurs qui ont investi le périmètre communicationnel. Il s’agit de « passionnées » simples profanes mais néanmoins  expertes en matière de mode et beauté, ou de professionnelles liées au secteur d’activité qui tiennent des blogs à titre personnel. Auparavant soumises à une économie hétérosexuelle, les blogueuses se réapproprient le pouvoir représentationnel en créant leur magazine personnalisé, appliquant toutes les fonctions du web collaboratif et participatif comme les réseaux sociaux, la publication de photos, vidéos, les montages et l’échange de commentaires pour une audience envisagée comme féminine. La prolifération de ces blogs, catégorisés « blogs girly », nous permet de questionner le positionnement de l’identité féminine au sein de ces stratégies communicationnelles. Ces plateformes semblent proposer de nouvelles pistes d’interprétation des représentations du genre féminin dans les images de mode et beauté dans la blogosphère, ainsi que de nouvelles possibilités en termes de présentation de soi pour les femmes.

Réalisation : Yann Le Sager - Zen At Work/Studio Ricom