Jeudi 9 juillet 2015 à 15h
Sciencespo Rennes, salle du conseil (salle 17), 104 bd de la Duchesse Anne, Rennes

Benjamin HOUESSOU « Le processus de construction d’une GPEC-Territoriale : réflexion à partir de dispositifs de GPEC‑Territoriale pilotée par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Loir‑et‑Cher »

Benjamin HOUESSOU « Le processus de construction d’une GPEC-Territoriale : réflexion à partir de dispositifs de GPEC‑Territoriale pilotée par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Loir‑et‑Cher ».

le jeudi 9 juillet 2015 à 15h

Le jury sera composé de :

Mathieu DETCHESSAHAR, Professeur, Université de Nantes / rapporteur

Arnaud STIMEC, Professeur, Université de Reims / rapporteur

Dominique MARTIN, Professeur, Université de Rennes1 / examinateur

Gwénaëlle POILPOT-ROCABOY, Professeure, Université de Bretagne Sud / examinatrice

Odile UZAN, Maitre de conférences / HDR, Université Paris 5 Descartes / examinatrice

Lionel HONORE, Professeur, Université de la Polynésie Française / directeur de thèse

Résumé. Dans un contexte de « mondialisation », les échanges entre cultures différentes favorisent une meilleure compréhension mutuelle entre les peuples du monde. Les correspondants de presse étrangers constituent des acteurs clés dans ce processus de médiation culturelle transnationale. Leur travail journalistique permet en effet à un public national de mieux connaître la culture dans laquelle ces correspondants sont immergés. Et par là contribuer à la compréhension culturelle entre le pays d’origine des correspondants et leur pays d’accueil. Notre recherche s’intéresse aux pratiques journalistiques des correspondants de presse français en Chine. Cet exemple permet de mettre en lumière des logiques de travail et des dispositifs de contrôle qui contraignent, directement ou indirectement, le travail de production de l’information. Nourries de nos enquêtes de terrain et d’approches théoriques, nos analyses permettent de montrer que les journalistes français présents en Chine constituent un microcosme social, à la fois relativement fermé sur lui-même et isolé de la société chinoise. Il s’agit le plus souvent de journalistes professionnels à la fois très diplômés et très expérimentés. Toutefois, en Chine, ils ne peuvent jamais exercer un « journalisme d’immersion » malgré leur présence sur place sur des durées relativement longues. Leur faible maîtrise du chinois opérationnel empêche une bonne partie des journalistes français de communiquer directement avec des Chinois. Ensuite, les conditions de réalisation de reportages subissent souvent des contraintes liées à la politique chinoise de régulation des journalistes étrangers en Chine. Enfin, leur accès aux sources d’information pèse également de manière décisive sur la production de l’information sur place.

Mots-clés. Journalisme, immersion, prudence, sous-champ journalistique, correspondant de presse étranger, média, journaliste, sources, propagande, diplomatie publique, Chine, France

Réalisation : Yann Le Sager - Zen At Work/Studio Ricom